Quelle médecine douce choisir ?

Quelle médecine douce choisir ?

16 août 2022 0 Par Dani

De nos jours, la médecine douce ne cesse de susciter la curiosité des personnes. D’ailleurs, la plupart des Français ont déjà eu recours à la pratique de la médecine douce, pour soulager leurs maux et traiter leurs pathologies.

Dans cet article, nous faisons le point sur les médecines douces les plus reconnues dans le monde !

L’homéopathie : pour traiter les maladies saisonnières

L’homéopathie est très populaire et est largement choisie parmi les amateurs de médecine douce. L’homéopathie est basée sur un concept très simple. Il s’agit d’une substance médicamenteuse entraînant un symptôme. Elle peut être utilisée pour soigner le même symptôme de la maladie (telles que les affections courantes). En d’autres termes, l’homéopathie permet de vaincre le mal par le mal. Rendez-vous ici.

En effet, l’homéopathie stimule le corps afin de l’aider à s’auto-guérir. Pour ce faire, le thérapeute va demander des informations de son patient pour identifier la nature de ses symptômes. En tenant compte de cela, il essayera de lui proposer un traitement qui s’adapte à sa façon de réaction. C’est pourquoi, deux patients qui représentent les mêmes symptômes peuvent recevoir un traitement différent. 

L’acupuncture 

Cette médecine douce se découle de la MTC et consiste à poser des aiguilles sur différentes parties du corps. L’acupuncture favorise la circulation du flux énergétique et se révèle la solution idéale pour soulager les maux de têtes, les fatigues chroniques, les troubles du sommeil, etc. Elle peut être associée au processus du sevrage tabagique.

Rassurez-vous, les piqures causées par les aiguilles ne sont pas dangereuses car elles ne dépassent plus la couche superficielle de la peau !

La chiropractie, l’étiopathie 

La chiropractie ou encore l’étiopathie est parmi les médecine douces en vogue. Elle passe par une manipulation manuelle de l’organisme en vue d’apaiser la douleur. Cette technique a pour objectif d’agir sur le squelette pour faire disparaitre les contractures musculaires, les douleurs musculaires et les raideurs. Cependant, si votre corps n’arrive pas à se détendre avec la chiropractie, il existe une autre médecine douce permettant d’identifier la véritable source de votre pathologie : c’est l’étiopathie. Elle se pratique manuellement, mais se repose sur une recherche plus approfondie des causes de la douleur. Cette méthode de médecine douce permet d’explorer toutes les différentes parties du corps. Ainsi, il sera possible de déterminer l’origine de la douleur et de rétablir par conséquent, le fonctionnement normal de l’organisme. 

En plus de cela, l’étiopathie peut être appliquer pour traiter les troubles urinaires et digestives, les troubles vertébraux, mais également pour diminuer les contractions vécues pendant la grossesse.

 

La psychomotricité, la psychothérapie 

En général, c’est le cerveau qui conduit le corps. En cas du mal, il faudra donc le soigner à la racine. La psychomotricité peut intervenir à cet effet car ce traitement consiste à rééduquer les troubles liés à des problématiques d’ordre psychologique vécues et à s’exprimer de façon corporelle. 

La psychomotricité se révèle le bon traitement pour soigner les troubles corporels : les difficultés de concentration, le manque de tonus, les tics nerveux, etc.

Cependant, si vos troubles surviennent de manière récurrente et influence sur votre aspect émotionnel, il vaut mieux essayer la psychothérapie. Le but de ce type de traitement est d’améliorer l’état psychique de la personne en question suite à un événement difficile dans sa vie. La psychothérapie permet également de prévenir les rechutes.

L’hypnothérapie 

Vous souhaitez lâcher prise ? Pourquoi ne pas recourir donc à l’hypnose ! En effet, cette pratique est issue de la médecine douce et permet de plonger dans l’inconscient du patient. L’hypnothérapie a pour objectif d’entrainer des modifications fonctionnelles du cerveau.

L’hypnose est reconnue en France depuis 2002 et a fait ses preuves d’aider les personnes à gérer leur stress, à soigner le syndrome de l’intestin irritable ou encore les pathologies sous influence psychosomatique (telles que l’eczéma, le psoriasis, etc). En plus de cela, cette pratique contribue à la diminution des douleurs pendant l’accouchement et joue un rôle important dans le sevrage tabagique.

Découvrez par la suite : L’onde de choc radiale : principes de fonctionnement et utilisation dans la kinésithérapie